Quand Parrot utilise un DJI Phantom pour ses photos publicitaires

Parrot comme toutes les marques utilise les réseaux sociaux pour diffuser de la publicité pour ses différents produits. L’autre jour, j’ai été étonné en tombant par hasard sur mon mur Facebook sur cette publicité pour le Bebop 2 de Parrot car la photo avait une qualité étonnamment bonne et surtout l’angle de prise de vue m’a interpellé.  En effet, la particularité du Bebop 2 c’est l’absence de nacelle pour orienter la caméra qui rend impossible de faire une photo à l’aplomb comme présenté sur la pub. En effet, s’il est bien possible d’orienter de la caméra vers le bas grâce au recadrage numérique, cela à ses limites. L’objectif fish eye entraîne des déformations et des bandes noir apparaissent dans les zone extrême que le capteur ne peut pas couvrir… justement si l’on essaye de pointer l’objectif en direction du sol. Il ne faisait aucun doute que ce cliché ne pouvait avoir été shooter par un Bebop 2 comme indiqué dans la publicité. Suite au lancement de son tout nouveau drone ANAFI quelques jours après l’apparition de cette publicité, je me suis dit que c’était donc ce nouveau drone qui avait été utilisé et non le Bebop. En effet, l’ANAFI étant doté d’une nacelle mécanique pouvant réaliser ce genre de plan, il ne faisait aucun doute pour moi que c’était lui qui avait été utilisé! Quelle ne fut pas ma surprise après vérification de constater qu’en réalité cette photo a tout simplement été prise avec un DJI Phantom!

Oui, vous ne rêvez pas! Il suffit de vous rendre sur cette page du blog officiel de Parrot pour voir la photo d’origine et vérifier par vous même.
Voici l’URL de la photo en question:

http://blog.parrot.com/wp-content/uploads/2018/05/Visuel-Parrot_Mariage.jpg

Je vous invite à télécharger la photo puis regarder les informations EXIF du fichier. Vous verrez apparaitre les informations suivantes:
Marque appareil photo: DJI
Modèle d’appareil photo: FC6310 (référence du Phantom 4 Pro)

Alors que tout début juillet sera commercialisé l’ANAFI et que des milliers de visiteurs iront sur le site de Parrot pour y chercher des informations et des exemples de photographie qui auront la lourde charge de convaincre le client potentiel, ce genre de pratique est tout simplement intolérable.
Utiliser un appareil haut de gamme d’un concurrent et présenter les photo réalisées avec comme celle issue d’un appareil Parrot est totalement inconcevable.

Comme souvent dans ce genre de cas, le problème vient du fait que le photo est issue d’une banque d’image.
Dans le cas présent, il s’agit du cliché intitulé: « Wedding reception outside in the backyard. » issue du site shutterstock.com

Alors que s’est -il passé? Régis le nouveau stagiaire chez les community manager à encore frappé?

Parrot ne négligeant aucun réseau social avait bien entendu indiqué également sur twitter qu’il s’agissait une photo du Bebop 2.

Edit 09/06/2018: Régis le stagiaire a été prompt a corrigé sa boulette. Quelques heures après la publication de cet article dans la nuit de vendredi à samedi, la publicité Facebook à été supprimée et la page sur le site officiel éditée pour rajouter la mention légale « Photo non contractuelle » sous la photo. (Vous pourrez toute fois trouverer la page original dans le cache de Google ou sur InternetArchive)

Edit 11/06/2018: suite à la parution de cet article, Parrot a finalement supprimé totalement la page de son site.

9 Responses to Quand Parrot utilise un DJI Phantom pour ses photos publicitaires

  1. Denis JEANT dit :

    Bonjour,
    En plus, un très mauvais exemple offert à ses clients potentiels !
    Et en plus en survolant des personnes ce qui est interdit en France, que l’on soit amateur ou pro déclaré à la DGAC. Dans ce cas de figure, exploitant des images aériennes, obligatoirement exploitant déclaré à la DGAC: https://aerophoto-drones.bzh/2017/04/11/prises-de-vues-aeriennes-et-reglementation-en-france/

    • Eric78 dit :

      Bonjour Denis,

      Effectivement l’illustration choisie n’incite pas aux bonnes pratiques car survoler d’aussi prêt un groupe de personne représente un danger. Personne n’est à l’abris d’une erreur de pilotage ou d’une défaillance technique.

      Comme indiqué dans mon article, l’image est issue d’une banque d’image. Je supposes donc que le cliché a été réalisé avec des acteurs ayant signés une décharge par rapport aux dangers que cela représente…. et surtout il est probable que la photo n’est pas été prise en France et donc pas soumise à la même législation… mais étant utilisé par une boite Française pour cibler des clients Français, il est clair que ce n’est pas un bon choix quoi qu’il en soit (mais le but d’une pub est de montrer n usage accrocheur que ce soit légal ou non… comme quand Parrot fait la promotion d portée indécente par rapport à la législation)

  2. lefebvre dit :

    vraimen chercher la m… pour pas grand chose

  3. Adrien dit :

    @Denis JEANT pour en revenir au survole de personne, on peut tout a fait survoler des personnes si ceux ci l’acceptent (signe un accord / Nombre limité) et font parti du scénario ce qui est le cas.

  4. Adrien dit :

    ce que dit la loi:

    Pour l’application des dispositions du paragraphe a) ci-dessus, seules les personnes suivantes peuvent être autorisées à l’intérieur de la zone minimale d’exclusion :
    les personnes impliquées dans le pilotage de l’aéronef ou l’opération de sa charge utile ;
    les personnes isolées par un dispositif de sécurité ou une structure leur assurant une protection suffisante ;
    En dehors de l’utilisation d’un aéronef de masse supérieure à 2 kg dans le cadre du scénario S-2, les personnes directement en lien avec l’activité particulière ayant signé une attestation stipulant qu’elles ont été informées sur les mesures d’urgence définies par l’exploitant en cas d’incident en vol de l’aéronef.

  5. […] 17/05/2018:  Pour promouvoir son Bebop 2, Parrot a diffusé une photographie issue d’un Phantom de DJI laissant supposer que l’appareil pouvait produire des images de cette qualité. Une pratique […]

  6. Denis JEANT dit :

    @Adrien
    Bonjour,
    Il ne faut pas tout mélanger. En effet, être présents dans la zone d’exclusion des tiers comme le prévoit la réglementation française ne veut pas dire être survolés. De plus, il ne s’agit en aucun cas d’une décharge de responsabilité mais d’une attestation stipulant que les personnes présentes ont pris connaissance des risques et des consignes de sécurité. n effet, le télépilote professionnel reste dans tous les cas responsable de sa mission de captation aérienne et des éventuelles conséquences fâcheuses…
    Je vous renvoie à cet excellent article d’Olivier DENEUVIS (Aerofilms), un collègue français exploitant professionnel et de la réponse de la responsable du programme drone à la DGAC (Ministère chargé des transports français). Il n’y a aucune ambiguïté sur sa réponse qui est claire: Survol direct interdit dans tous les cas… Lire en suivant ce lien:
    http://aerofilms.fr/blog/reglementation/survol-public-drone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *