Parrot ANAFI: faire du FPV avec des lunettes FATSHARK

Le dernier drone de Parrot, l’ANAFI ne propose pas de possibilité de faire du FPV contrairement aux anciens modèles de la marque tel que le Bebop ou le Disco.
Une grosse lacune pour tous les amateurs de vol immersion. Si vous cherchez un moyen de combler se manque, voici une solution 100% DIY facile à mettre en oeuvre avec un smartphone ou une tablette Android.

Il vous faudra une paire de lunette type Fatshark DOMINATOR V3 avec une entrée HDMI ainsi qu’un Google Chromecast.
L’idée est très simple, l’écran de votre smarpthone va être dupliqué via l’option mirroring du Chromecast et n’aurez plus qu’à brancher vos lunettes FPV dessus 😉

Ci-dessous un exemple de montage vu sur le groupe Facebook: Parrot Anafi Owners Group.

Ici un chromecast alimenté à l’aide d’une batterie USB portable (powerbank), le tout branché sur une paire de lunette ZEISS Cinemizer dont la résolution et surtout la densité de pixel (voir le test sur FPV passion) permettent d’avoir un affichage lisible de Freeflight 6.


Et voilà, vous avez maintenant le retour vidéo de l’ANAFI dans les lunettes.

Si votre smartphone supporte l’interface MHL (adaptateur micro USB vers HDMI) vous pouvez aussi utiliser cette solution pour connecter votre masque FPV directement au smartphone sans passer par le chromecast. Exemple avec cette vidéo du Bebop 1 mais le principe sera le même avec l’ANAFI.

 

 

2 Responses to Parrot ANAFI: faire du FPV avec des lunettes FATSHARK

  1. Bilbur Grokwickson dit :

    Bizarre, le « deux poids, deux mesures » sur votre site, vis-à-vis de la sûreté des vols : tout un délire un peu ridicule sur l’interdiction du survol des personnes à propos de la photo DJI utilisée par Parrot pour sa promo, mais ici vous faites la promotion du FPV sans rappeler une seule fois que cette pratique est interdite en France, en vol solo. En d’autres termes, on peut soit porter des lunettes FPV, soit piloter un drone, mais certainement pas faire les deux en même temps.
    Etrange, vraiment, que vous ne fassiez pas un rappel sur ce point dans cet article.
    Par ailleurs, vous utilisez une photo du manuel utilisateur d’ANAFI sans citer votre source, alors que tout le contenu de ce manuel est protégé. Je me demande bien ce que les gens chez Parrot penseraient de cela.

    • Eric78 dit :

      Bonjour Bilbur 🙂

      Merci pour votre commentaire, savoir que j’ai des lecteurs qui lisent assidûment mes articles, ça fait chaud au cœur et cela me motive à continuer.

      J’ai de très nombreuses fois fait des rappels sur la bonne pratique du FPV mais votre propos erroné sur le sujet montre qu’il est important de se répéter.

      En effet, tout l’intérêt du vol en immersion c’est de piloter et avoir les lunettes avec le retour vidéo en simultané. Cela à non seulement toujours été autorisé explicitement mais en plus les exigences de cette pratiques ont été assouplie au fil du temps.

      Petit rappel des faits entre l’arrêté du 11 avril 2012 et les deux arrêtés Utilisation et Conception du 17 décembre 2015 dont j’avais parlé dans une brève ici:
      http://www.geekmag.fr/droit-des-drones-les-deux-arretes-utilisation-et-conception-du-17-decembre-2015/

      L’usage de la double commande était obligatoire. C’est à dire que la personne ayant le drone en vue direct devait aussi avoir une radio commande en main pour pouvoir rattraper à tout moment une mauvaise manœuvre du pilote en immersion.

      Comme nous parlons ici de Parrot, je vais vous rappelez à vos bon souvenirs. Le Bebop est sorti fin 2014 en mettant en avant les possibilités de vol en immersions mais il était impossible de faire du vol en double commandes… Jusqu’à une mise à jour arrivée en juin 2015! Durant ce laps de temps ou le Bebop n’était pas en conformité, je n’ai eu de cesse de réclamer à Parrot de faire la mise à jour permettant au client de rentrer dans les clou comme vous pouvez le voir dans cet article:
      http://www.geekmag.fr/parrot-bebop-une-com-et-un-support-laborieu-qui-balade-ses-clients/

      Vous constatez donc que ça ne date pas d’hier mes mise en garde sur la pratique 😉

      Donc pour en revenir à votre remarque depuis le premier janvier 2016, il n’est plus obligatoire d’être équipé en double commande. Le pilotage en immersion est autorisé sous surveillance d’une seconde personne : elle doit simplement informer le pilote des dangers pour veiller à la sécurité du vol.

      Vous trouverez tous les détails exact dans le guide du modélisme de la DGAC (chapitre 7.1)
      https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/sites/default/files/Guide_%20aeromodelisme_models_reduits_drones_de_loisir.pdf

      Vous voyez donc qu’il n’y a pas deux poids deux mesures dans mes articles au fil des années, je suis constant tout est axé sur la législation et les rappels au respect et au bon sens 😉
      Il était donc parfaitement logique de continuer sur cette voix en pointant du doigt le survol de personne dans une publicité (et ça n’a rien d’un délire ridicule quand on sait les blessures graves que peuvent infligés les rotors d’un Phantom, on ne compte plus les faits divers malheureux)

      PS: je vous rassure, depuis des années j’entretiens de bonne relation avec les différentes équipes de Parrot qui ne me tiendrons pas rigueur d’avoir empreinté ce visuel ;). (vous avez vu pour la sortie de l’ANAFI comme Parrot s’appuie sur les bloggers et Youtubers pour assurer la promotion de son nouvel appareil. Imaginez vous réellement que Parrot vienne chicaner pour l’usage d’une capture d’écran utilisé pour mettre en avant l’ANAFI?)

      Si je n’avais indiqué « la source » avec le le lien vers le manuel, c’est tout simplement car il est mi à jour régulièrement et que le numéro de révision change chaque fois… Et chaque fois que le nom de fichier est changé, le lien n’est plus valide…
      https://www.parrot.com/fr/sites/default/files/firmware/anafi_manuel_utilisateur_v1.2.4.pdf

      Pour la petite histoire, la ré-utilisation de ce visuel n’est pas innocente puisque cela représente un vol en agglomération. Il s’agit donc d’un vol suivant le scénario S3 et vous en conviendrez seul les professionnels sont capable de répondre aux exigences de ce type de vol… Un particuliers n’aura pas le droit d’aller s’amuser à aller filmer la cathédrale de Chartres de la sorte et je trouvais donc déplacé de montrer ce genre d’usage dans la notice d’un drone destiné au grand public.

      Je vous rassure, j’ai informé Parrot de mon point de vue… toujours dans la logique d’inciter a adopter les bonnes pratiques 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *